case envie recommendation case envie recommendation case envie recommendation case envie recommendation case envie recommendation case envie recommendation case envie recommendation case envie recommendation case envie recommendation

    Bandes annonces de films à ne pas manquer

    + Bande annonce
    Affiche du film Millenium : Ce qui ne me tue pas play video
    play video
    Bande-annonce VF
    5539 vues

    Notez le film : 


    Affiche du film Men In Black play video
    play video
    Bande-annonce VF

    Notez le film : 


    Affiche du film Glass play video
    play video
    Bande-annonce VF
    886 vues

    Notez le film : 


    Affiche du film Spider-Man : New Generation play video
    play video
    Bande-annonce VF
    1852 vues

    Notez le film : 


    Affiche du film Operation Finale play video
    play video
    Bande-annonce VF
    41 vues

    Notez le film : 


    Affiche du film Replicas play video
    play video
    Bande-annonce VF
    1090 vues

    Notez le film : 


    Films au cinéma cette semaine

    + Sortie cinéma
    Affiche du film Halloween
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Jean-Christophe et Winnie
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Chair de poule 2 :  Les Fantômes d'Halloween
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Le Grand Bain
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Films les plus attendus

    + Nouveau film
    Affiche du film Men In Black
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Glass
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Spider-Man : New Generation
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Operation Finale
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    DVD à ne pas manquer cette semaine

    + DVD
    Affiche du film Sicario : La Guerre des cartels
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film No dormiras
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Un Noël qui a du chien
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film À genoux les gars
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Séries : épisodes dernières 24h

    + Série à voir
    Affiche du film Black Lightning (Série)
    Série
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Séries du moment

    + Série
    Affiche du film Désenchantée (Série)
    Série
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Ozark (Série)
    Série
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Lodge 49 (Série)
    Série
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Into the Dark (Série)
    Série
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Magnum P.I. (Série)
    Série
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Caprices de femme (Série)
    Série
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Vos derniers bons films vus

    + Bon film
    Affiche du film Menteur, menteur
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Venom
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Ocean's Thirteen
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Ocean's Eleven
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Ocean's Twelve
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Tully
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Vos dernières critiques de films

    + Critique film
    Affiche du film En guerre
    En guerre
    Par Platinoch Le 23/10/2018
    Un grand merci à Diaphana ainsi qu’à Cinétrafic pour m’avoir permis de découvrir et de chroniquer le DVD du film « En guerre » de Stéphane Brizé.

    « Nous avons les mêmes trous du cul ici, ils sont partout... Votre combat est le nôtre ! »

    Malgré de lourds sacrifices financiers de la part des salariés et un bénéfice record de leur entreprise, la direction de l’usine Perrin Industrie décide néanmoins la fermeture totale du site de l’usine d’Agen. Accord bafoué, promesses non respectées, les 1100 salariés, emmenés par leur porte-parole Laurent Amédéo, refusent cette décision brutale et vont tout tenter pour sauver leur emploi.

    « On s’est fait enfler tous ensemble, il faut donc qu’on se batte tous ensemble. Parce que quand elle sera fermée l’usine, se sera terminé »

    Longtemps acteur de comédies notamment chez Claude Lelouch, Coline Serreau ou Diane Kurys, Vincent Lindon commence à incarner des personnages aux préoccupations sociales à la fin des années 90 dans les films de son ami Pierre Jolivet (« Ma petite entreprise »). Avant de devenir peu à peu l'icone d'un cinéma engagé et humaniste, s'intéressant aux sujets de société pour tenter de dénoncer les injustices de notre époque. Qu'il s'agisse des crises migratoires (« Welcome »), de l’exploitation de la misère par les banques et les sociétés de crédit (« Toutes nos envies ») ou encore de la brutalité du monde du travail (« La loi du marché »). Deux après avoir obtenu le César et le Prix d'interprétation à Cannes pour son rôle de vigil, il retrouve le réalisateur Stéphane Brizé avec qui il (re)part « En guerre », dans une lourde charge contre les dérives du libéralisme.

    « On est en train de crever et on se fout sur la gueule. Ils n’attendent que ça là-haut. Ils doivent se régaler ! »

    Le cinéaste imagine ainsi la fermeture d'une usine de province appartenant à un grand groupe international, dans la lignée des nombreuses fermetures d'usines qui ont défrayées la chronique ces dernières années (Goodyear, Molex, Continental...). L'occasion pour lui de nous faire vivre le combat des ouvriers de l'intérieur, jour après jour, avec beaucoup de réalisme et de précision. Plaçant sa caméra au cœur du dialogue social, Brizé capte ainsi la rage au cœur et l'énergie du désespoir de ceux qui n'ont plus rien à perdre. Un combat âpre et que d'aucun dirait perdu d'avance. Car le système, parfaitement huilé, se révèle incroyablement cynique : les plus forts (l'entreprise) ont les reins assez solides pour attendre que les plus faibles (les ouvriers) se divisent et s'épuisent pour passer en force. Le tout avec la complicité tacite des pouvoirs publics et des lois (qui obligent le propriétaire à rechercher un repreneur mais pas à vendre l'usine si l'offre n'est pas jugée satisfaisante). Brizé et Lindon se lancent ainsi à corps perdus dans une croisade morale contre un système qui tolère que des grands groupes bénéficiaires puissent fermer des usines et casser des emplois pour augmenter leur rentabilité. Mais si la démonstration demeure sans appel, on regrette le parti pris jusqu’au-boutiste du cinéaste, à l’image du débordement final contre le grand patron qui, s’il résonne comme un lointain écho aux débordements chez Air France, donne lieu à une scène improbable qui décrédibilise en grande partie la dimension réaliste du film. L'ultime scène, faisant du héros une figure christique, finit malheureusement d'achever les bonnes intentions et la portée du film. On gardera néanmoins la justesse des préoccupations sociales et morales de Stéphane Brizé et l'audace de faire un film réaliste sur une thématique sociale assez peu abordée au cinéma (citons quand même l’excellent « Violence des échanges en milieu tempéré » de Jean-Marc Montout). Avec en prime un Vincent Lindon une nouvelle fois magistral.

    Le DVD : Le film est présenté en version originale française (5.1 et 2.0) ainsi qu’en audiodescription. Des sous-titres français pour malentendants sont également disponibles.

    Côté bonus, le film est accompagné du commentaire audio de Stéphane Brizé et de Bandes-annonces.

    Edité par Diaphana, « En guerre » est disponible en DVD ainsi qu’en blu-ray et VOD depuis le 2 octobre 2018.

    Le site Internet de Diaphana est ici. Sa page Facebook est ici.

    A découvrir sur Cinetrafic, le top 2018 des films et du cinéma sur l'action politique


    Site web:  http://www.toile-et-moi.fr/2018/10/en-guerre.html
    Affiche du film Midnight Sun
    Midnight Sun
    Par tinalakiller Le 23/10/2018
    Remake du film japonais Taiyo no Uta, Midnight Sun est un énième drame pour ados qui a rencontré un cuisant échec au box-office l’été dernier. Les producteurs ont certainement cru pouvoir surfer sur le succès de Nos Etoiles Contraires, mais les histoires d’amour entre deux jeunes brisées par la maladie ne séduisent pas toujours.

    Midnight Sun est selon moi un mauvais film même s’il n’est pas pire qu’un autre dans sa catégorie. Il reprend inévitablement quelques tics bien énervants du drame pour ados :

    Des ados beaux gosses

    Midnight Sun (et ses films copains) s’adressant à un jeune public, les personnages principaux sont logiquement des adolescents. Et ils sont beaux. Lisses. Instagrammables. Il faut savoir vendre du rêve en toutes circonstances, même lorsque son personnage principal est atteinte d’une grave maladie. C’était déjà le cas dans Nos Etoiles Contraires ou même dans Everything Everything (je cite ce film en particulier, même s’il ne s’agit pas des mêmes maladies, leurs contraintes semblent parfois proches sur certains points) : les héros ont beau être malades, ils sont rarement affichés sous leur pire jour. Dans Midnight Sun, en dehors de la fin qui expose Bella Thorne avec une bouche peinte en blanc pour montrer son état de fatigue, l’actrice-chanteuse est plutôt pimpante. C’est même inquiétant de se dire dans un premier temps « tiens les acteurs sont mims » plutôt que « ils jouent pas mal ». Hélas, Thorne et Schwarzy jr livrent une faible interprétation (même s’ils ne sont pas pires que d’autres mauvais acteurs qui percent à Hollywood).

    Du sous Roméo et Juliette

    Les mélos sont faits pour nous faire chialer. Surtout quand il y a potentiellement un adolescent qui risque de mourir. Enfin, on essaie de vous faire pleurer quitte à vous placer un couteau sous la gorge. Presque l’impression d’entendre systématiquement quelqu’un de la prod’ me crier « PLEURE MAINTENANT ». C’est ce qui m’avait déjà insupporté durant la séance de Nos Etoiles Contraires (je ne déteste pourtant pas ce film) où je me sentais cruellement seule à ne pas verser une larme. Je parle beaucoup des films récents mais je peux même me référer à Love Story (là aussi, une histoire d’amour qui tourne en tragédie suite à la maladie de l’héroïne) qui avait produit chez moi ce même effet de rejet. Midnight Sun n’échappe pas à la règle mais sans pour autant montrer qu’il s’agit d’une tragédie : les décors donnent envie de se prendre quelques jours de vacances, la bande-originale se veut cool même si elle sort les violons dans la dernière partie du film. De plus, dans Midnight Sun, , la tragédie aurait pu être évitée. En effet, l’héroïne parvient à ne pas révéler sa maladie à son amoureux pendant le ¾ du film et fait tout pour le fréquenter la nuit. Même Robert Pattinson dans Twilight n’a pas gardé son secret autant de temps. Cela dit, au moins, Midnight Sun a un mini-mérite, celui d’aller au bout de sa promesse (le fameux Everything Everything était pour moi bien pire dans le sens où la fin sort de nulle part).

    Du Nrj dans tes oreilles

    Vous allez me dire, il n’y a pas que les films destinés à un jeune public qui sont victimes de ce phénomène (et ça m’agace fortement). Trop de films en général sont gâchés par cette poudre aux yeux (enfin plutôt aux oreilles). Cela dit, ce choix reste plus répandu dans les films pour ados (mélos ou non d’ailleurs). Les bandes-originales sont de plus en plus des playlists qui n’apportent pas grand-chose aux scènes, juste là pour combler les scènes, qui souffrent déjà d’une absence de mise en scène (Scott Speer était réalisateurs de clips… il aurait dû en rester là) et d’un scénario accumulant les clichés et facilités. Par ailleurs, cela n’est pas un hasard de voir Bella Thorne tenir le rôle principal. L’ancienne égérie Disney est également chanteuse, elle a alors droit à quelques scènes où elle interprète quelques titres, une sorte de soupe pop qu’on aura vite oublié une fois le morceau terminé. L’actrice parvient tout de même à rater ses scènes en playback, c’est fort.

    Tellement dommage de voir encore une romance pour un jeune public plutôt ratée même s’il n’est pas non plus si désagréable que ça – j’ai pas voulu me jeter d’un pont durant mon visionnage (et si ça se trouve, les ados fleur-bleue y trouveront leur compte !).

    Site web:  http://tinalakiller.com/2018/10/23/dvdtrafic-midnight-sun/
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites