Dernier train pour Busan

    |  13 |
    J'aime:
    POUR RESTER EN VIE, MONTEZ À BORD. - Des zombies ! encore des zombies… Mais pas n’importe lesquels : ceux-là sont des humains enragés, couverts de sang, qui envahissent peu à peu toute la Corée du Sud. Ils sont nés d’un virus, qui se propage à vitesse éclair. Dans un train lancé vers une ville non-infectée, des gens très ordinaires résistent comme ils peuvent aux monstres : parmi eux, Seok-woo, homme d’affaires stressé voyageant avec sa petite fille, qu’il voit peu… A la fois huis-clos tendu, film catastrophe, attaque de zombies et critique sociale, Dernier train pour Busan a été le film d’horreur le plus applaudi par les critiques en 2016.
    Affiche du film Dernier train pour Busan
    ma note
    je suis fan
    ajouter à mes films

    Notez le film : 


    ecrire mon avis/critique
    BANDE ANNONCE
    VF
    VO

    Dernier train pour Busan

    UTILISATEURS
    (4 pour 111 notes)
    REALISATION:
    ANNEE:
    PAYS:
    DUREE:
    1h 58min
    ACTEURS:
    + Fiche complète

    Dernier train pour Busan : Films proches

    <
    1
    2
    >
    Affiche du film World War Z
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film The Guard Post
    Film
    pas de bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film 28 Semaines plus tard
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film 28 Jours plus tard
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Invasion of the Not Quite Dead
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Affiche du film Zombie diaries 2 : World of the dead
    Film
    Voir la bande annonce Vous et ce film

    Notez le film : 


    Synopsis du film Dernier train pour Busan

    Un virus inconnu se répand en Corée du Sud, l'état d'urgence est décrété. Les passagers du train KTX se livrent à une lutte sans merci afin de survivre jusqu'à Busan, l'unique ville où ils seront en sécurité...

    Photos du film Dernier train pour Busan

    Ajouter une photo du film Dernier train pour Busan

    Extraits de films, bande-annonces

    Vous pouvez ajouter un extrait de film de Dernier train pour Busan

    Listes avec le film Dernier train pour Busan

    Ajouter une liste au film Dernier train pour Busan

    Le film catastrophe reste un genre particulièrement développé au sein du système de production d'Hollywood, qui aime à convoquer les...

    Sélection de film avec des zombies (et des contaminés) assoiffés de sang, et de chair humaine...
    De la peste au choléra en passant par le virus ébola, les épidémies se propagent également au Cinéma, avec des films se situant dans un cadre historique, contemporain ou post-apocalyptique.

    vos dernières critiques de film

    Ajouter une critique au film Dernier train pour Busan
    tinalakiller
    Le 09/09/2016
    378 critiques
    Vous connaissez mon amour pour le cinéma coréen (j’ai été gâtée cet été), j’étais « obligée » d’aller découvrir en salle Dernier train pour Busan, qui s’est fait remarquer durant le dernier festival de Cannes, projeté à l’occasion de la Séance de minuit. Il s’agit du premier film-live du réalisateur Yeon Sang-ho (dont je découvre son travail avec ce dernier long-métrage), connu notamment pour The King of Pigs. Dernier train pour Busan, qui serait apparemment la suite de Seoul Station, pourrait être résumé de manière trop simpliste (comme on l’a souvent lu dans la presse ou même dans des blogs) par le « calcul suivant »: Snowpiercer (également un film coréen dans un train avec un fort message social) + 28 jours plus tard + World War Z (pour la rapidité des zombies) + autres films de zombie en général. Effectivement, depuis quelques années, que ce soit au cinéma ou à la télévision, les zombies sont à la mode. Mais ce long-métrage coréen n’est pas simplement un de plus dans la liste. On pourrait davantage penser à The Host de Bong Joon-ho, autre pépite du cinéma d’action et fantastique venant tout droit de Corée du Sud (que ce soit pour la présence de « créatures » rapides et redoutables, le message de solidarité, les interrogations autour de la paternité, la critique acerbe envers la solidarité, le mélange d’action, d’humour et d’émotion…). Il y a même un moment où j’ai pensé à Oldboy de Park Chan-wook notamment avec cette scène où les trois personnages masculins traversent le train infesté de zombies avec des battes de base-ball. Mais rassurez-vous : on a beau penser à quelques films, on saura pourtant étonné à quel point Dernier train pour Busan ne ressemble pas à tout ce qu’on a vu jusqu’à présent. Ce qui nous frappe justement (et même paradoxalement) est son inventivité. Je n’aurais jamais cru dire ça de ce film quand on lit le synopsis qui tient sur pas grand-chose quand on y pense : une attaque de zombies dans un train. Pourtant, le réalisateur sait se servir de toutes les possibilités que lui offre ce train : les couloirs, les portes, les toilettes, les endroits pour mettre les bagages etc… L’espace du train nourrit constamment le scénario qui parvient à nous à surprendre. Surtout les Coréens savent prendre de réels risques contrairement aux blockbusters américains : on sait que leur cinéma ne se permet pas de faire de compromis. Ainsi, chaque personnage est exposé aux dangers. Même s’il y a une hiérarchisation logique entre les personnages principaux et secondaires, tout le monde est finalement traité à égalité.
    C’est une des forces de ce film : contrairement à de nombreux films d’action, les personnages de notre récit ont de la consistance. Certes, ils incarnent des figures rejetées de la société coréenne (la scène de l’expulsion par les autres passagers est particulièrement flagrante), facilement identifiables mais ce n’est pas pour autant des caricatures vides de sens. Le groupe qu’on suit est alors très attachant et touchant : le père cupide qui bosse beaucoup au point qu’il en délaisse sa fille (adorable et d’une grande humanité pour son jeune âge); le couple (un gars un peu lourd mais courageux et de son épouse enceinte); les deux mamies soeurs, le clochard et les adolescents. Au passage, les acteurs sont tous excellents, permettant de rendre leurs personnages encore plus humains et complexes. On retrouve donc dans Dernier train pour Busan de l’action et des bonnes idées très bien exécutées, le tout étant lisible pour le spectateur et jamais bourrin, là encore un très bon équilibre semble avoir été trouvé. Il n’y a rien de gore ou de sanglant (alors qu’on parle de films de zombies) mais ce n’est pas lisse ou consensuel pour autant. L’extrême rapidité des zombies (que ce soit à travers le processus de métamorphose – autant drôle qu’effrayant – ou leurs agissements) est déjà en soi suffisamment violent. Mais surtout, encore une fois, ce qui expliquerait encore plus cette absence de sang, finalement, la véritable violence dans ce long-métrage vient principalement des hommes à cause de leur méfiance, leur racisme même (thème qui était déjà présent dans un autre film coréen sorti cet été, The Strangers – est-ce révélateur d’un mal de leur société ?), qui préfèrent penser à leurs gueules que de privilégier la solidarité. C’est d’ailleurs pour cela qu’on aime suivre ce petit groupe de personnages : malgré les défauts qu’ils peuvent éventuellement avoir, ils font appel à un semblant d’humanité et pensent de plus en plus aux autres malgré le désespoir les entourant (leur évolution est certes rapide mais semble crédible dans le contexte du film) Le message est donc si fort qu’il n’y a pas de nécessité absolue de montrer à tout prix du sang, je comprends en tout cas ce choix. Dernier train pour Busan est donc une réussite en terme de divertissement mais il n’y a pas que ce point à retenir. C’est là où j’en viens au lien que nous pouvons faire à The Host : il y a derrière un véritable fond (je parlais déjà plus haut de la forte réflexion sociale), une réflexion qui nous concerne tous.
    Sans vouloir faire à tout prix de l’anti-américanisme (car je ne suis pas anti-américaine, j’aime aussi comme beaucoup de gens regarder des blockbusters US), on est face à ce que les Américains ne savent pas faire (en tout cas rarement) en terme de blockbuster : oui, on peut proposer du divertissement (spectaculaire et effrayant) tout en offrant en même temps de la profondeur dans le propos (et pas de la psychologie de comptoir) et de vraies choses. Oui, un film d’action peut être de qualité, il peut être exigeant dans la mise en scène (virtuose, énergique et efficace) ainsi que dans l’écriture (d’une grande habilité) tout en étant accessible (on prend clairement son pied). Oui, on peut aussi prendre le risque de torturer ses personnages, même les plus importants. Dernier train pour Busan est surtout un film qui m’a incroyablement émue. Ceux qui me suivent depuis un moment savent que je suis une grande sensible ayant tendance à sortir facilement les mouchoirs. Cela faisait un moment que je n’avais pas pleuré comme ça au cinéma (pourtant j’ai vu de beaux films cette année). Je vous confie tout (ou presque) : j’ai pleuré trois fois. Et pas juste trois petites larmounettes. Nooon, de vraies larmes, comme une madeleine, pardi ! Alors, je sais que pleurer devant un film n’est pas toujours un signe de qualité (j’ai déjà pleuré devant des films très moyens ou qui m’ont agacée, je l’admets) mais là j’ai réellement été bouleversée par le sort des personnages, les choix qu’ils adoptent pour sauver le groupe, par tout ce qu’ils traversent. Je n’ai jamais eu la sensation que c’était tire-larmes ou quoi que ce soit dans ce genre-là. Dernier Train pour Busan est donc un film à voir absolument (et je ne m’en cache pas – malgré les beaux films que j’ai pu regarder cette année, c’est pour l’instant mon préféré de l’année même si elle est loin d’être terminée). Beaucoup de films de zombies ouvrent souvent une réflexion sur l’humain et notre société; ce film coréen s’inscrit évidemment dans cette lignée mais à mon sens,dans ce genre en question, il s’agit aussi du film de zombie le plus émouvant de ce que j’ai pu voir jusqu’à présent. Finalement, je le qualifie facilement de film de zombie (certains pourraient – logiquement – parler également de film catastrophe) alors qu’il s’agit de bien plus que ça et c’est pour cette raison qu’il sort aisément du lot.


    Site web:  http://tinalakiller.com/2016/09/09/dernier-train-pour-busan/
    sebd59
    Le 19/09/2016
    424 critiques
    Dernier train pour Busan était le film d'infectés à ne pas louper cette année. Le genre se faisant rare au cinéma depuis quelques temps, c'est aussi rare de voir un film coréen atteindre nos salles, tout cela faisant que l'on attend pas mal de choses de ce film surtout quand on lit certains avis. Même si l'on peut être légèrement déçus par le cumul de personnages clichés que l'on retrouvera dans ce film, on ne peut s'empêcher de voir que ce film bénéficie d'un scénario très bien écris, avec une histoire, qui malgré la banalité pour le genre, est efficace avec une ambiance de peur et une terreur qui monte crescendo. On peut tout de même regretter la fin du film qui baigne dans la guimauve purement gratuitement. La réalisation de Sang-Ho Yeon est excellente et très soignée, avec une capacité à faire des plans efficaces que ce soit dans l'espace confiné du train, ou dans les espaces plus ouverts tel que la gare. Vu en VOST, même si certaines intonations peuvent paraître absurdes (dû à la différence culturelle), le jeu des acteurs reste juste tout le long du film.

    Site web:  http://1oeildanslasalle.canalblog.com/archives/2016/09/19/34341855.html
     Fermer Fermer
    En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour améliorer le fonctionnement du site, vous proposer des publicités ciblées adaptées à vos centres d'intérêt et réaliser des statistiques de visites